Nouvelles de notre « édition botanique » du Cantique des cantiques, en partenariat avec des artistes de la Galerie Hus à Paris

24 janvier 2024

Nous avions commencé à vous en parler dans un post du 23 octobre, nous préparons avec Laurent Derobert, Alexandre Helwani et plusieurs artistes liés à la Galerie de Tristan Hus, au pied de Montmartre à Paris, une édition botanique du Cantique des cantiques. Voici un nouvel écho de nos travaux.

Dear Reader,

I love a juicy mystery as much as the next person. This week I heard a great one. It might sound like the plot of a novel – but for my money this true story beats Dan Brown hands down. Personally, I was drawn to the setting – Jerusalem and Paris, with a bit-part for the Island of Socotra in the Indian Ocean (it’s part of Yemen in case you’re wondering: I was). And I also liked the theme: the Song of Songs. 

Alexandre Helwani, whom I met last summer (full confession: we share a goddaughter), is a perfumer based in Paris. Last January, he was invited to Jerusalem to meet the Dominicans of L’École Biblique et Archéologique Française of Jerusalem (or the French School of Bible and Archaeological Research). 

They are currently re-translating the Vulgate into French. To accompany their new edition of St Jerome’s Bible, the Dominicans have invited Alexandre to create a perfume evoking the botanical world of the Scriptures – i.e. the fragrance of Biblical plants and herbs. They knew Alexandre had form. Last November, he and a fellow perfumer Laurent Derobert launched “Personne”, a scent they created to evoke the plants Ulysses encountered in the Odyssey

In Jerusalem, however, it soon emerged that devising one fragrance to represent all 113 species of plant, flower or herb in the Bible was a tall order. “The Dominicans have not been able to identify all of the plants,” Alexandre explains. They began to explore new angles for this “botanical edition” of the Bible. Could a particular chapter of Scripture provide inspiration? Or even Biblical characters? 

They hit gold so to speak with the Songs of Songs – which features 22 species of fruit, plant and flower. All have been identified by the Dominicans. 

As a historian of perfume, Alexandre has spent long hours poring over ancient formulas for concocting fragrance. A convert to Catholicism – who has made incense for use in parishes – Alexandre knew the Song had a deep symbolism quite apart from being a sensual hymn to human love. “Most priests say it is about God’s love for his bride, the Church,” he says. 

Inspecting the list of plants in the Song, something new struck Alexandre. It read exactly like a formula for making perfume. The fruit, flowers and plants in the Song went together “perfectly” he says, like the notes of a perfume. 

The Song has fruity top notes: pomegranate, mandrake, apple and figs. Lily and wine flowers supply a floral heart note, while Oud, spikenard and basalm provide the base notes. All in all, these add up to a “balanced scent” says Alexandre. “Someone had clearly thought about the plants like a perfumer. They were not [chosen] at random.” 

The 40-odd species of plants listed in the Odyssey are by contrast “so random. They are completely different to one another, ranging from parsley to rose, violet to garlic or leeks.” 

Initially baffled by Alexandre’s reading of the text, the Dominicans nonetheless trusted his expertise. So, returning to Paris, he began to compare translations of the Song in Greek, Hebrew and Arabic. And working into the early hours of the morning, he studied chemical analyses of molecules of species named in the song, including wine flower and mandrake.

“It was not that easy to find data,” he told me. “Just the wine flower took me six weeks to pin down as I wanted to find a study of wine flower closest to one that might have existed in Judaea at the time of writing the Song of Songs.” 

At first, fellow perfumers dismissed Alexandre’s conviction that the Song of Songs contained a coded formula for making perfume. “They thought I was a bit crazy,” he says. That was the case, anyway, until last November. The day of the launch for Personne (the Odyssey-inspired perfume), Laurent de Robert found a bookshop selling a volume about the Song of Songs. It was an ideal gift for Alexandre because one chapter written by a rabbi described the Song of Songs as “obviously” a formula for perfume. The philosopher and author Marc-Alain Ouaknin had reached that conclusion by analysing the Song of Songs with rabbinic hermaneutics. 

Alexandre contacted Ouaknin, who is also the director of the Centre de Recherches et d’études Juives in Paris, and together they began to analyse the text using gamatria, which assigns a number to each letter of the Hebrew alphabet. To calculate the value of words assigned to three species in the Song, Alexandre and the rabbi calculated the value of letters before and after a given word. Then they added these to the value of the letters in the word itself.  

When they did this with myrrh, the eventual number was connected to other Hebrew words which mean “light weight”. In perfumery this “evokes a very specific kind of myrrh”, Alexandre explains. The text itself, he discovered, was yielding instructions on the perfume’s ingredients. Ouaknin, a professor of comparative literature at Bar-Ilan university in Israel, had first been alerted to the perfume theme by the first and last words of the Biblical text: “Song” and “perfume” (sometimes translated as “spices”).

On 2 March, Alexandre will launch a limited edition of the fragrance in Monaco. The ingredients are extremely rare. They include balsam of Gilead from Israel; some frankincense from a tree on the island of Socotra; turquoise Spikenard oil from Bhutan. The perfume will be produced by Iconofly, a French-US perfume label which carves out “a new platform for perfumers, together with artists, writers and designers”. So, the limited-edition perfume will be sold alongside watercolours of some of the flowers and plants listed in the Song of Songs. A commercial version of the Biblical scent (with less rare ingredients to comply with EU regulations) will probably go on sale in the autumn.

There is just one (forgive the pun) “fly” in the ointment: Alexandre has to crowdfund to cover the cost and his expenses. He will give a portion of the proceeds to the Dominicans in Jerusalem. 

You can find Alexandre on Instagram @theperfumechronicles or contact him via his website www.theperfumechronicles.com.

Planche gravée représentant le grenadier : feuille, fleur et fruit

Chère lectrice, cher lecteur,

Comme tout le monde, j’aime les mystères juteux. Cette semaine, j’en ai entendu un excellent. On pourrait croire qu’il s’agit de l’intrigue d’un roman, mais pour moi, cette histoire vraie bat Dan Brown haut la main. Personnellement, j’ai été attiré par le cadre – Jérusalem et Paris, avec une petite partie pour l’île de Socotra dans l’océan Indien (elle fait partie du Yémen au cas où vous vous poseriez la question : j’en faisais partie). J’ai aussi aimé le thème : le Cantique des Cantiques.

Alexandre Helwani, que j’ai rencontré l’été dernier (aveu complet : nous partageons une filleule), est un parfumeur basé à Paris. En janvier dernier, il a été invité à Jérusalem pour rencontrer les dominicains de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Ils sont en train de retraduire la Vulgate en français. Pour accompagner leur nouvelle édition de la Bible de saint Jérôme, les Dominicains ont invité Alexandre à créer un parfum évoquant l’univers botanique des Écritures, c’est-à-dire le parfum des plantes et des herbes bibliques. Ils savaient qu’Alexandre avait la forme. En novembre dernier, il a lancé avec son collègue parfumeur Laurent de Robert « Personne », un parfum qu’ils ont créé pour évoquer les plantes qu’Ulysse a rencontrées dans l’Odyssée.

Mais à Jérusalem, il s’est vite avéré que concevoir un parfum pour représenter les 113 espèces de plantes, de fleurs ou d’herbes de la Bible relevait de la gageure. « Les dominicains n’ont pas été en mesure d’identifier toutes les plantes », explique Alexandre. Ils ont commencé à explorer de nouvelles pistes pour cette « édition botanique » de la Bible. Un chapitre particulier de l’Écriture peut-il être source d’inspiration ? Ou même des personnages bibliques ?

Ils ont pour ainsi dire trouvé l’or avec le Cantique des Cantiques, qui présente 22 espèces de fruits, de plantes et de fleurs. Toutes ont été identifiées par les Dominicains.

Historien du parfum, Alexandre a passé de longues heures à étudier les formules anciennes pour concocter des fragrances. Converti au catholicisme – il a fabriqué de l’encens pour les paroisses – Alexandre savait que le Cantique avait un symbolisme profond, bien au-delà d’un hymne sensuel à l’amour humain. « La plupart des prêtres disent qu’il s’agit de l’amour de Dieu pour son épouse, l’Église », explique-t-il.

En examinant la liste des plantes figurant dans le Cantique, Alexandre est frappé par quelque chose de nouveau. Elle ressemble à une formule de fabrication de parfum. Les fruits, les fleurs et les plantes du Cantique s’accordent « parfaitement », dit-il, comme les notes d’un parfum.

Le Chant a des notes de tête fruitées : grenade, mandragore, pomme et figue. Le lys et les fleurs de vigne apportent une note de cœur florale, tandis que l’oud, le nard et le basalte constituent les notes de fond. L’ensemble donne un « parfum équilibré », explique Alexandre. « Quelqu’un a clairement réfléchi aux plantes comme un parfumeur. Elles n’ont pas été choisies au hasard ».

La quarantaine d’espèces de plantes répertoriées dans l’Odyssée est en revanche « tellement aléatoire. Elles sont complètement différentes les unes des autres, allant du persil à la rose, de la violette à l’ail ou au poireau ».

D’abord déconcertés par la lecture qu’Alexandre fait du texte, les dominicains font néanmoins confiance à son expertise. De retour à Paris, il compare les traductions du Cantique en grec, en hébreu et en arabe. Et jusqu’au petit matin, il étudie les analyses chimiques des molécules des espèces nommées dans le Cantique, dont la fleur de vigne et la mandragore.

« Il n’a pas été facile de trouver des données », m’a-t-il dit. « Rien que pour la fleur de vigne, il m’a fallu six semaines pour trouver une étude de la fleur de vigne la plus proche de celle qui aurait pu exister en Judée à l’époque où le Cantique des cantiques a été écrit.

Au début, les collègues parfumeurs ont rejeté la conviction d’Alexandre que le Cantique des cantiques contenait une formule codée pour la fabrication de parfums. « Ils pensaient que j’étais un peu fou », dit-il. C’était le cas, en tout cas, jusqu’en novembre dernier. Le jour du lancement de Personne (le parfum inspiré de l’Odyssée), Laurent de Robert trouve dans une librairie un ouvrage sur le Cantique des Cantiques. Un cadeau idéal pour Alexandre, car un chapitre écrit par un rabbin décrit le Cantique des Cantiques comme étant « évidemment » une formule de parfum. Le philosophe et auteur Marc-Alain Ouaknin était parvenu à cette conclusion en analysant le Cantique des Cantiques à la lumière de l’herméneutique rabbinique.

Alexandre a contacté Ouaknin, qui est également directeur du Centre de Recherches et d’études Juives à Paris, et ensemble ils ont commencé à analyser le texte à l’aide de la gamatria, qui attribue un nombre à chaque lettre de l’alphabet hébreu. Pour calculer la valeur des mots attribués à trois espèces dans le Cantique, Alexandre et le rabbin ont calculé la valeur des lettres précédant et suivant un mot donné. Ils les ont ensuite ajoutées à la valeur des lettres du mot lui-même.

Dans le cas de la myrrhe, le nombre obtenu a été relié à d’autres mots hébreux qui signifient « poids léger ». En parfumerie, cela « évoque un type de myrrhe très spécifique », explique Alexandre. Il a découvert que le texte lui-même contenait des instructions sur les ingrédients du parfum. M. Ouaknin, professeur de littérature comparée à l’université Bar-Ilan, en Israël, avait d’abord été alerté sur le thème du parfum par les premiers et derniers mots du texte biblique : « Chant » et « parfum » (parfois traduit par « épices »).

Le 2 mars, Alexandre lancera une édition limitée du parfum à Monaco. Les ingrédients sont extrêmement rares. Il s’agit du baume de Galaad d’Israël, d’un peu d’encens provenant d’un arbre de l’île de Socotra et d’huile de Spikenard turquoise du Bhoutan. Le parfum sera produit par Iconofly, une marque de parfum franco-américaine qui crée « une nouvelle plateforme pour les parfumeurs, en collaboration avec des artistes, des écrivains et des designers ». Ainsi, le parfum en édition limitée sera vendu aux côtés d’aquarelles représentant certaines des fleurs et des plantes citées dans le Cantique des cantiques. Une version commerciale du parfum biblique (avec des ingrédients moins rares pour se conformer à la réglementation européenne) sera probablement mise en vente à l’automne.

Il n’y a qu’une « mouche » (pardonnez le jeu de mots) dans l’affaire : Alexandre doit faire appel au crowdfunding pour couvrir les coûts et ses dépenses. Il reversera une partie des recettes aux Dominicains de Jérusalem.

Vous pouvez retrouver Alexandre sur Instagram @theperfumechronicles ou le contacter via son site web www.theperfumechronicles.com.

_

Sur le « scroll », retrouvez la Bible dans une interface qui concentre l’histoire de la transmission des Écritures, depuis le rouleau antique jusqu’à la base de données d’aujourd’hui.

Accéder au scroll

_

Sur cette plateforme collaborative, biblistes et autres spécialistes créent la base de données qui alimente nos publications numériques et imprimées.

Accéder à la plateforme

_

En installant l’application Bibleart sur votre mobile ou votre tablette retrouvez toute la Bible en une heureuse rencontre de créativité contemporaine et de trente siècles de traditions.

Accéder à BibleArt

Ces articles peuvent vous intéresser

Le 9 mars à Nice : actualité de Frère Marie-Joseph Lagrange, notre fondateur

Le 9 mars à Nice : actualité de Frère Marie-Joseph Lagrange, notre fondateur

11 février 2024

Nous le prions au début de chaque comité éditorial, tous les vendredis matins : une journée d’études lui sera consacrée le 9 mars à Nice, au cours de laquelle nous évoquerons l’influence prégnante de son œuvre et de son esprit sur le programme de recherches de La Bible en ses Traditions Voici le programme de […]
De 2023 à 2024 un premier semestre très fécond à Jérusalem, envers et contre tout

De 2023 à 2024 un premier semestre très fécond à Jérusalem, envers et contre tout

11 février 2024

Chers amis et chers collègues, alors que la ténèbre des obscurantismes s’est étendue Terre sainte, en compassion avec les milliers de victimes, et en protestation contre les usages qu’on y fait des noms de Dieu pour « justifier » l’injustifiable, depuis l’École biblique et archéologique française, nous avons continué à travailler, paisiblement, dans la ruche […]
Biblindex : ce vendredi 9 février à Lyon

Biblindex : ce vendredi 9 février à Lyon

7 février 2024

Laurence Mellerin rappelle que la prochaine séance du séminaire Biblindex aura lieu ce vendredi 9 février de 11h à 13h au 22 rue Sala, 69002 LYON, salle de documentation, 1er étage. Elle sera animée par  Catherine Broc-Schmezer, sur le sujet suivant : « Édition des Homélies sur Anne, de Jean Chrysostome : bilan d’étape » En dépit des apparences, les cinq Homélies […]
Rendez-vous à Cambridge lundi

Rendez-vous à Cambridge lundi

20 janvier 2024

Rendez-vous à Cambridge ce lundi : Vladimir Olivero (Cambridge, boursier EBAF) va donner Lundi prochain une conférence à Oxford sur un thème qui nous est cher, à La Bible en ses Traditions : « The Importance of the Ancient Versions for the Description of Biblical Hebrew »
Récentes publications et rencontres chez nos amis

Récentes publications et rencontres chez nos amis

28 septembre 2023

Ottilia Lukács publie sa thèse Félicitations à notre ancienne assistante ! Sr Anne-Catherine offre une magistrale et cordiale introduction au Judaïsme Contrairement aux idées reçues, le Sabbat n’est ni réductible ni assimilable au jour du Seigneur, le dimanche. Véritable pierre de fondation, racine qui fait remonter la sève jusqu’aux fruits de l’arbre, il est davantage […]
Nouvelles du Comité éditorial et de quelques équipes

Nouvelles du Comité éditorial et de quelques équipes

16 avril 2015

Les travaux du programme de recherches La Bible en ses traditions sont relus par le Conseil académique de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem. Un Comité éditorial plus restreint suit le travail des équipes aux moments-clés de leur constitution et de leur développement. Dirigé par fr. O.-Th. Venard, aidé de fr. Marc Leroy, secrétaire-archiviste, […]