Collègues et collaborateurs

31 décembre 2020

Marcel Sigrist, Michel Zinc, Jean Jacques Pérennès

À l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

Le 6 mars dernier, une délégation de l’École biblique de Jérusalem était reçue à l’Institut de France par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (AIBL) dans le cadre de la célébration du centenaire de la reconnaissance de l’École comme École archéologique française. Rendre compte et transmettre « Le goût de l’Orient », telle était la thématique de la journée. Le colloque de la matinée a laissé place à la séance hebdomadaire de l’Académie dans l’après-midi. L’École en a proposé un riche compte-rendu.

On y honorait particulièrement le fr. Marcel Sigrist, ancien directeur de l’École, qui travailla dès l’origine à La Bible en ses Traditions et n’a jamais cessé de l’encourager. Ad multos annos !

Outre plusieurs amis des Sources chrétiennes, nous y avons revu entre autres Madame le prof. Marie-Françoise Baslez, dont nous venions de terminer d’intégrer la contribution importante à notre Judith, après celles qu’elle avait apportée aux Philippiens, mais aussi le Dr Matthieu Richelle qui a été élu cette année professeur d’Ancien Testament à Louvain-la-Neuve

Depuis l’Institut des Sources Chrétiennes, à Lyon

L’atelier sur le Qohélet lancé par Dr Laurence Mellerin a repris :

Le prof. Guillaume Bady vient de nous adresser de premières notes passionnantes, portant en particulier sur la réception patristique des trois ouvrages « salomoniens » du corpus biblique…

À l’occasion de son intervention pour les 120 ans de l’École biblique et archéologique française à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, notre cher collègue a proposé une très utile et intéressante synthèse sur « Des boursiers patrologues à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem »… où notre programme de recherches apparaît comme un vrai lieu de dialogue entre sciences bibliques et patristiques.

Des publications

Deux « anciennes » assistantes publient :

Des collaborateurs nous annoncent de belles réalisations en ligne :

_

Sur le « scroll », retrouvez la Bible dans une interface qui concentre l’histoire de la transmission des Écritures, depuis le rouleau antique jusqu’à la base de données d’aujourd’hui.

Accéder au scroll

_

Sur cette plateforme collaborative, biblistes et autres spécialistes créent la base de données qui alimente nos publications numériques et imprimées.

Accéder à la plateforme

_

En installant l’application Bibleart sur votre mobile ou votre tablette retrouvez toute la Bible en une heureuse rencontre de créativité contemporaine et de trente siècles de traditions.

Accéder à BibleArt

Ces articles peuvent vous intéresser

Un rouleau digital : pourquoi ?

Un rouleau digital : pourquoi ?

6 juin 2014

Héritière de l’expertise de l’École biblique de Jérusalem en matière d’édition de bibles, La Bible en ses Traditions souhaite offrir au public cultivé une édition actualisée de l’Écriture. Traversant siècles et langues, porté jusqu’à son lecteur par les traditions des communautés qui le précèdent, le texte biblique n’a jamais été un objet figé. Dans la […]
La traduction pour le rouleau digital : quelques nouvelles

La traduction pour le rouleau digital : quelques nouvelles

14 septembre 2016

Retraduction et insertions des variantes Une équipe sur le livre des Juges s’est mise en place au séminaire international Saint-Pierre de Wigratzbad, sous la houlette de M. L’abbé Alban Cras f.s.s.p., responsables de études. O.-Th. Venard leur a rendu visite au mois de mai. Pendant ce temps, l’équipe des latinistes de la Sorbonne, emmenés par […]
Rendez-vous ce lundi,  8 décembre à 18 h 30, à l’Institut Catholique de Paris

Rendez-vous ce lundi, 8 décembre à 18 h 30, à l’Institut Catholique de Paris

5 décembre 2014

Peut-on reprendre l’art des gloses et la tradition des chaînes à l’ère numérique ? À l’occasion d’une rencontre majeure sur les techniques médiévales du commentaire, en particulier du commentaire biblique, nous serons à l’Institut Catholique de Paris le 8 décembre : rendez-vous à 18 h 30 ! Avec son intérêt pour la diversité des versions traditionnelles […]